Impact du chargement d'arrière-saison sur les teneurs en azote potentiellement lessivable en prairie : références établies dans le sud-est de la Belgique

S. Hennart, A. Lambert, D. Stilmant

Résumé


La prairie, qui représente près de la moitié de la superficie agricole utile de la Wallonie, rend de nombreux services écosystémiques : culturel, de production et de régulation. Néanmoins, la faible capacité des bovins à fixer l'azote ingéré entraine d'importants rejets lors du pâturage de couverts riches en azote soluble, rejets concentrés dans les urines et répartis de manière hétérogène au sein des parcelles. Ce phénomène conduit à des risques de lixiviation plus importants de nitrate, problème qui est aggravé par un dépôt tardif, automnal, de ces urines. Il est dès lors nécessaire de préciser les bonnes pratiques, les chargements à appliquer au pâturage en arrière-saison afin de concilier performances zootechniques et environnementales au sein des prairies. Pour ce faire, un gradient de pâturage d'arrière-saison, allant de 150 à 350 UGB·jour·ha-1, a été appliqué dans un site expérimental situé en région jurassique au sud-est de la Belgique, durant cinq années, afin de tester l'impact du pâturage d'arrière-saison sur les teneurs en "azote potentiellement lessivable" (APL) et les risques de pollution des ressources hydriques qui en découlent. Les résultats obtenus soulignent un impact très hautement significatif de l'année sur les teneurs en APL enregistrées, qui ont varié de 9 (2010) à 23 (2005) kg N-NO3-·ha-1, alors que le chargement n'a eu qu'un impact marginalement significatif sur ces teneurs. Quels que soient l'année ou le traitement, les teneurs en APL enregistrées n'entrainent pas de risque majeur pour les ressources hydriques et ce, malgré des chargements d'arrière-saison élevés. Le fait que ce soient des génisses de type viandeux et des vaches allaitantes taries qui aient été mobilisées, avec une complémentation uniquement sous forme de foin pour soutenir les forts chargements, explique certainement les niveaux de reliquats observés qui auraient certainement été importants suite à un pâturage par des vaches laitières à un chargement équivalent.

Mots-clés


Prairie; azote; pâturage; nitrate; Belgique

Texte intégral :

PDF

Renvois

  • Il n'y a présentement aucun renvoi.




 

 

open access Publié en Libre Accès Licence Creative Commons | Politique d'archivage et de copyright, voir : Sherpa/Romeo

ISSN : 1370-6233 / eISSN : 1780-4507 Google scholar Most cited papers

ULiège - Gembloux Agro-Bio Tech GxABTCentre wallon de Recherches agronomiques